Archives par mot-clé : Dufet

Découvrir Michel Dufet par ses ascendants : les Grosrenaud, une famille au service de l’impression sur étoffes – Parcours professionnel et recherches du chimiste Charles Henri Grosrenaud (1832-1910)

Gaël Sutter, École du Louvre, Master 1 de muséologie

À l’occasion de la préparation des travaux de consolidation de la structure du bâtiment du musée Antoine Bourdelle dans lequel se trouvait l’ancien appartement de Rhodia Dufet-Bourdelle (1911-2002), fille du sculpteur, et de son époux, Michel Dufet (1888-1985), ancien élève des Beaux-Arts et architecte-décorateur, leurs possessions ont été inventoriées. Trois cartons contenant des échantillons de tissus ont alors été découverts. Il est immédiatement apparu que ceux-ci étaient, pour la plupart, des tests de teintures effectués sur des toiles de coton imprimées datant du XIXe siècle, appelées « indiennes ». D’une part, des inscriptions imprimées faisaient référence à la manufacture d’indiennes d’Alphonse Cordier située dans la région rouennaise, en activité au milieu du siècle, alors que des dates de la seconde moitié du XIXe siècle étaient manuscrites. D’autre part, le grand-père de Michel Dufet, Charles Henri Grosrenaud (1832-1910), avait occupé des fonctions de chimiste dans cette manufacture à partir de 1864. Ces échantillons semblaient par conséquent être des traces de l’activité professionnelle de l’aïeul de Michel Dufet, conservées dans un but indéterminé : des souvenirs familiaux ? des sources d’inspiration pour ses propres créations ? L’appartement parisien des Bourdelle-Dufet étant de petite taille, il semblait exclu que ces cartons y aient été oubliés. Ils avaient dû être sciemment conservés par leur propriétaire, Michel Dufet. Celui-ci a occupé une place importante dans la mise en valeur de l’œuvre d’Antoine Bourdelle, dès avant son mariage avec sa fille en 1947, mais également dans la gestion du musée, dont il est devenu conservateur de fait aux côtés de son épouse à la mort de Cléopâtre Bourdelle en 1972. Il semble avoir mis au second plan ses propres activités créatrices pour se consacrer à Antoine Bourdelle, ce qui pourrait expliquer que, malgré son talent reconnu d’architecte-décorateur et la profusion de ses écrits, son œuvre n’ait pour l’heure fait l’objet que de rares publications et expositions1. La présente recherche permet par conséquent de poser un certain nombre de jalons de son histoire familiale, dont on ne peut douter de l’influence sur ses choix professionnels et artistiques. Mais il appartient à de futures études de l’analyser plus finement.

Phase de classement des échantillons de tissus appartenant à Charles Henri Grosrenaud, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet
Exemple d’échantillons de tissus, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet
Exemple d’échantillon de tissu marqué du tampon de la manufacture d’Alphonse Cordier, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet

À partir d’échantillons de tissus teints, ce travail de Master 1 de muséologie a mis en lumière la famille Grosrenaud, et plus particulièrement l’un de ses membres, Charles Henri.

La première partie de la recherche présente une ébauche d’arbre généalogique de la famille Grosrenaud, ainsi qu’un rapide paysage de l’industrie de l’indiennerie depuis le XVIIe siècle, plus particulièrement dans les régions de Mulhouse et de Rouen, où a vécu et travaillé le grand-père de Michel Dufet. Cette famille d’ouvriers protestants de l’indiennerie vient du pays de Montbéliard, avant de rejoindre Mulhouse au milieu du XVIIIe siècle pour profiter de la très bonne santé économique de la petite République due à l’industrie des indiennes. Le travail paie car l’arrière-grand-père, Charles Henry Grosrenaud, devient dessinateur2, spécialiste des fleurs, parvenant ainsi au sommet de la hiérarchie ouvrière d’une manufacture. Ce métier assure à la famille une certaine reconnaissance sociale puisque ce dernier y côtoie les grands industriels de la ville, qui l’accueillent au sein de la Société industrielle de Mulhouse.3
Son fils, Charles Henri, notre objet d’étude, marche dans les pas de ses ascendants, avant de les dépasser : il n’est pas teinturier, mais chimiste, métier nécessitant des connaissances scientifiques de plus en plus pointues au cours du siècle et le faisant évoluer dans un monde d’érudits et de grands industriels.

Le parcours de Charles Henri Grosrenaud est ensuite reconstitué. Dès le début du XIXe siècle, Mulhouse étant à la pointe de l’enseignement de la chimie, celui-ci suit les enseignements du collège municipal de la ville, où un cours de chimie existe depuis 1822. Puis, à l’image de la formation des chimistes de son époque, il se rend à Paris, capitale de la chimie à cette époque. Il y passe quelques temps au sein du laboratoire parisien du chimiste Jean-François Persoz, avant de trouver un emploi en Alsace au sein de la société J.-J. Zurcher & Cie puis chez Franck & Boeringer. Il quitte Mulhouse en 1864  pour une raison indéterminée, qui est certainement une proposition de poste, peut-être avec l’aide des chimistes Camille et Horace Koechlin. Il s’installe alors définitivement à Déville-lès-Rouen, au sein de la vallée du Cailly, territoire normand de l’indiennerie par excellence4.
Il aurait été employé de 1864 à 1882 par Alphonse Cordier à Bapeaume-lès-Rouen, de 1882 à 1888 par les frères Loisel à Déville-lès-Rouen et de 1888 jusqu’à une date indéterminée par Henri Wallon au Val d’Eauplet5.
Les tissus de Michel Dufet sont très représentatifs de la production d’indiennes rouennaises6 : des décors végétaux d’inspiration indienne, simplifiés et de petite taille sur un fond uni ou à motifs, des mignonettes, c’est-à-dire des petits motifs -fleurs, formes géométriques, objets du quotidien tels les ancres marines ou les fers à cheval- imprimés au cylindre, des impressions à effets, qui imitent des matières plus nobles comme la dentelle ou le cachemire et sa palme caractéristique, des motifs floraux, des rayures et les carreaux7.
Michel Dufet a également conservé des mouchoirs historiés, notamment gravés par l’atelier Buquet8, autre production emblématique de la région.

Exemple d’échantillon de tissu rayé, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet
Exemple d’échantillon de tissu à motif de mignonette, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet
Exemple de mouchoir gravé par l’atelier Buquet, imprimé par la manufacture d’Alphonse Cordier, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet

Les recherches de Charles Henri Grosrenaud sont enfin replacées dans le contexte scientifique de leur temps, marqué par les avancées de la chimie -inorganique, organique et de synthèse- depuis le XVIIIe siècle9. Les processus industriels s’en trouvent modifiés dans l’industrie textile, comme dans tous les secteurs économiques. Outre sa participation aux Sociétés industrielles de Mulhouse et Rouen10, Grosrenaud est au fait des progrès scientifiques d’une manière générale, et de sa discipline en particulier, faisant de l’homme un érudit généraliste tel qu’on peut en rencontrer au XIXe siècle. Quant à ses travaux, ils tentent de résoudre des problèmes que se posent les industriels de l’impression sur étoffes ou d’améliorer les processus techniques d’obtention de matières colorantes susceptibles de donner naissance à des coloris visant à séduire une large clientèle. Le lot d’échantillons de Michel Dufet compte par exemple de multiples tissus de couleur rouge, alors que Rouen est un lieu de la teinture des fils de coton en rouge d’Andrinople11 et que l’Alsace est également connue pour ses teintures en rouge12. Grosrenaud est d’ailleurs présenté dans la nécrologie que lui consacre Émile Bondel comme le créateur de « l’article Andrinople » « dès l’apparition de l’alizarine artificielle [1869]13 ». Son utilisation apparemment concomitante de colorants naturels, synthétiques et artificiels témoigne par ailleurs des usages de son temps 14 : au sein des sociétés sus citées, il travaille sur l’action de la soude sur les composés sulfuriques de l’indigo, crée, avec Gustave Schaeffer, le « bleu de Mulhouse » à partir de rouges d’aniline, explore les propriétés de la glycérine, s’intéresse aux mordants -objet de sa seule publication Des mordants en teinture et en impression (1898), teste des colorants synthétiques15.

Échantillon de tissu rouge contenant une recette de teinture manuscrite, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet

L’accent mérite d’être mis sur une source restant à exploiter : la riche collection de lettres autographes de Charles Henri Grosrenaud conservée au sein du fonds Michel Dufet du musée. La présente recherche a été l’occasion de l’identifier, mais le temps a manqué pour l’étudier en détail. Le musée possède un cahier dans lequel sont répertoriées de la main même de Charles Henri Grosrenaud ces lettres qu’il a patiemment collectées. Les auteurs sont majoritairement des scientifiques -chimistes, botanistes, médecins, astronomes, géologues, physiciens…, mais également des industriels, des hommes politiques nationaux et locaux, des hommes de lettres, mais aussi quelques femmes de lettres. Cette collection témoigne de l’ouverture intellectuelle de Charles Henri Grosrenaud. Elle permet en outre d’imaginer un réseau de sociabilité assez étendu, et d’apprécier le respect que lui portent des personnalités de son temps lorsque les lettres lui sont personnellement adressées.

Cahier de Charles Henri Grosrenaud « Collection d’autographes », Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet, Collection d’autographes
Cahier de Charles Henri Grosrenaud « Collection d’autographes », Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet, Collection d’autographes
Lettre de Jean-François Persoz à Charles Henri Grosrenaud, 14/06/1850, Archives Musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet, Collection d’autographes

En définitive, cette esquisse de portrait peut contribuer à expliquer la force du lien qui unissait Michel Dufet à son grand-père, dont les échantillons seraient une trace matérielle, mais également certaines idées relatives à son activité d’architecte-décorateur. Michel Dufet cherche en effet à rendre accessibles des meubles de qualité, dans une logique d’industrialisation des arts décoratifs, processus qu’il a bien connu avec l’exemple des textiles magnifiés par les motifs de son arrière-grand-père et les couleurs de son grand-père. Ceci transparaît dans un entretien datant de 1932 dans L’Amour de l’art. À la question « Comment expliquez-vous […] l’hostilité de tant de vos confrères les plus réputés à l’égard du meuble en série ? », il répond : « l’industriel n’a pas encore compris l’importance que l’artiste peut avoir dans la création de ses modèles et surtout dans leur choix. Il le consulte peu… l’honore moins encore et tient souvent ses avis pour suspects. […] Sa supériorité [de l’ensemblier] en ce sens sur l’industriel, souvent moins cultivé, enfermé dans la technique ou les nécessités commerciales, borné par la “demande” immédiate et parfois aussi par l’orgueil démesuré que lui donne l’importance des capitaux qu’il possède ou défend est indéniable. J’en veux donner un seul exemple : l’industrie française des tissus d’ameublement. Deux ou trois firmes mises à part, il suffit de comparer à sa stagnation les efforts réalisés par les pays du Nord et de l’Est, Allemagne, Hollande, etc, vers des matières, dispositions, dessins et coloris nouveaux pour pouvoir lui prédire à coup sûr, si elle ne réagit pas, une ruine prochaine. […] Et si je vous dis aujourd’hui qu’il m’est impossible de trouver aucun tissu exécuté en série à bon marché dans des coloris à la mode, jaune citron par exemple, je recevrai dans la huitaine dix courtiers germaniques qui me proposeront ce que je cherche, pas un français . » À la lumière de l’histoire de la famille Grosrenaud, on sait maintenant que ces critiques sont portées par quelqu’un qui connaît l’industrie textile de l’intérieur et qui sait à quel point la collaboration entre les industriels et leurs employés peut être fructueuse lorsqu’elle repose sur le respect et la valorisation des compétences de ces derniers. L’œuvre de Michel Dufet, qui reste à étudier, doit par conséquent être mise en résonance avec son histoire familiale.


  1. Camard Florence, Michel Dufet Architecte décorateur, Paris, Les éditions de l’amateur, 1988 ; exposition récente « Michel Dufet, un concepteur de l’Art déco à redécouvrir » du 25 juin au 19 septembre 2021 au Musée-jardin Bourdelle d’Égreville (Seine-et-Marne []
  2. Musée de l’Impression sur étoffes, Mulhouse : Registre d’échantillons : souches 77 (1830-1845), 516 à 526 (1857-1871), 621 à 628 (1862-1877 []
  3. Florence Ott, La Société Industrielle de Mulhouse 1826-1876 Ses membres, son action, ses réseaux, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999 []
  4. Alain Alexandre, « L’évolution industrielle de la vallée du Cailly (1850-1914) », Études Normandes, 84, n°252, 3e trimestre 1972, p. 1-31. Disponible sur https://doi.org/10.3406/etnor.1972.3082 (consulté le 4 octobre 2021) ; Alain Alexandre et Philippe Ruc, Bapeaume-lès-Rouen d’hier à aujourd’hui, Déville-lès-Rouen, RED, 2012 ; Alain Alexandre et Michel Croguennec, Histoires d’usines 180 ans de vie industrielle dans l’agglomération rouennaise, Nolléval, Éditions L’Écho des vagues, 2013 []
  5. Ces hypothèses sont fondées sur l’étude d’enveloppes adressées à Charles Henri Grosrenaud du fonds Dufet du musée Antoine Bourdelle et du fonds Philippe Ruc []
  6. Je remercie madame Mylène Beaufils, chargée des collections de la Fabrique des savoirs d’Elbeuf et du musée Industriel de la corderie Vallois – Notre-Dame-de-Bondeville de la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie, de m’avoir facilité la consultation des registres d’échantillons de tissus []
  7. Marie Leberthier, Le musée industriel de Rouen aux XIXe et XXe siècles, 273 p. Mémoire de Master 2 Histoire, patrimoine, arts : Rouen : université de Rouen UFR Letrres et sciences humaines, 2008-2009 []
  8. Tissu d’histoire : Histoire de tissu : l’atelier Buquet,  illustrateur de mouchoirs à Rouen au XIXe siècle, sous la direction d’Anne-Gaëlle Dathée et Alain Joubert,  Martainville-Notre-Dame-de-Bondeville, musée industriel de la Corderie Vallois, musée des Traditions et arts normands, 10 octobre 1998-28 mars 1999, Rouen, Conseil général de Seine-Maritime, 1998 ; Avec armes et bagages Dans un mouchoir de poche, sous la direction d’Élise Dubreuil et Hélène Klemenz, Paris, musée de l’Armée, 26 octobre-13 janvier 2013, Paris, Éditions Nicolas Chaudun, 2012 []
  9. Fred Aftalion, Histoire de la chimie, Paris, Masson, 1988 ; Bernadette Bensaude-Vincent et Isabelle Stengers, Histoire de la chimie, Paris, la Découverte/Poche, 2001 []
  10. Pierre Lecouteux, « Genèse de la Société industrielle de Rouen (1872-1873) », Encourager l’innovation en France et en Europe Autour du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, sous la dir. de Serge Benoît, Gérard Emptoz et Denis Woronoff, Comité des travaux historiques et scientifiques, Histoire n°22, 2007, p. 157-171 []
  11. André Dubuc, « L’énigme rouennaise du rouge des Indes », dans Le textile en Normandie : études diverses, Comité de liaison des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, Rouen, Imprimerie L. Durand et fils, 1975, p. 167-172 []
  12. Andrinople, le rouge magnifique, sous la direction de Jacqueline Jacqué, Mulhouse, musée de l’Impression sur étoffes, 5 novembre 1993-5 février 1994, Paris, Éditions de La Martinière, 1995 []
  13. Société Industrielle de Rouen, « Discours prononcé sur la tombe de Charles-Henri Gros-Renaud par M. Émile Blondel », Bulletin de la Société Industrielle de Rouen, 1911, p. 8-9 []
  14. Robert Fox et Agusti Nieto-Galan, Natural dyestuffs and industrial culture in Europe 1750-1880, Canton (Massachusetts), Science history publications, 1999 : Gérard Emptoz, « Chimie des colorants et qualité des couleurs face au changement technique dans les années 1860 », p. 43-65 []
  15. Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse et Bulletin de la Société industrielle de Rouen disponibles sur Gallica []