Eine deutsche Schülerin des französischen Bildhauers Antoine Bourdelle

Photographie anonyme de Hedwig Woermann travaillant à un buste (1901-1903) (MBPV3508, Musée Bourdelle, Paris)

Une élève allemande de Bourdelle

Plus d’un siècle après son passage à Paris chez le sculpteur Emile Antoine Bourdelle, la vie et l’œuvre de Hedwig Woermann sortent de l’ombre. L’exposition « Transmission/Transgression – Maîtres et élèves : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… », organisée au musée Bourdelle en 2018, présentait deux œuvres de l’artiste, au même titre que d’autres œuvres d’artistes passés dans les ateliers du sculpteur.

Qui était cette artiste, aujourd’hui si peu connue ? La biographie de Renate Billinger-Cromm, publiée il y a trois ans, retrace la vie d’élève de Hedwig Woermann entre Worpswede, Paris, Rome et Buenos Aires. L’auteur propose un premier récit sur cette artiste d’un point de vue sociologique afin de comprendre la pensée et les émotions de cette femme cosmopolite.

Renate Billinger-Cromm: Hedwig Woermann. 1897-1960, Fischerhude 2015.

Eine deutsche Schülerin des französischen Bildhauers Antoine Bourdelle

Mehr als ein Jahrhundert nach der Ausbildung bei dem berühmten französischen Bildhauer waren im Zuge der Ausstellung „Transmission/Transgression – Maîtres et élèves : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… “ (3. Oktober 2018 – 3. Februar 2019) zwei Werke der Künstlerin Hedwig Woermann im Museum Bourdelle in Paris zu sehen. Das Gemälde “Mädchenporträt in blauer Bluse” (1935) und ein Selbstporträt (Lebendmaske) der Bildhauerin und Malerin wurden zusammen mit Werken bekannter Künstler*innen präsentiert, die ebenfalls bei Antoine Bourdelle studierten.

Wer war diese Künstlerin, über die heute so wenig bekannt ist? Seit einigen Jahren wächst das Bedürfnis, das Werk und Leben Hedwig Woermanns ins Licht der Öffentlichkeit zu rücken. In ihrer Biographie von 2015 geht Renate-Billinger Cromm auf die verschiedenen Lebensstationen ein, die die Künstlerin unter anderem nach Worpswede, Paris, Rom und Buenos Aires führten.

Hedwig Woermann, die 1879 als Tochter des Reeders Adolph Woermann in Hamburg geboren wurde, beginnt ihre künstlerische Ausbildung zunächst bei Fritz Mackensen in Worpswede, um sich ab 1901 für jeweils mehrere Monate im Atelier von Antoine Bourdelle aufzuhalten. Der Briefwechsel der Künstlerin mit ihrem Lehrer, im Archiv des Museum Bourdelle in Paris aufbewahrt, gibt Aufschluss über die innige Beziehung der beiden, die auch lange nach den Studienaufenthalten der deutschen Schülerin fortdauerte. Nach einem ereignisreichen Leben in verschiedenen Ländern, einer Karriere als Bildhauerin und später als Malerin, vor allem bekannt für die Technik der Rollbilder, verstarb die Künstlerin 1960 in ihrem Haus in Wustrow, das sie bis zuletzt als „Kunstmuseum Woermann“ nutzte.

Auf mehr als 200 Seiten, beschreibt die Autorin das Leben der Künstlerin im sozialpolitischen Kontext ihrer Zeit und gibt Aufschluss über die Freundschaften, die sie prägten. Neben dem Briefwechsel mit ihrem früheren Lehrer, sind es vor allem die Korrespondenzen mit Rainer Maria Rilke und ihrem langjährigen Freund Jürgen von der Wense, die Einblicke in ihr Leben verschaffen.

Durch die klare Ausdrucksform und lebendige Sprache der Biographie ist es für den Leser/die Leserin ein Leichtes, in den Alltag der Künstlerin einzutauchen. Es handelt sich dabei nicht um eine von trockenen Fakten geprägte Auflistung der verschiedenen Lebensabschnitte, sondern vielmehr um ein facettenreiches Gesamtbild, das die Autorin von der Künstlerin zeichnet. Die Originalquellen, die direkten Zitate aus dem Tagebuch der Künstlerin und die zahlreichen Abbildungen, unter anderem Originalfotografien oder Reproduktionen ihrer Werke, lassen die Lektüre anschaulich werden.

Wie sehr sie die Lehrzeit bei dem renommierten französischen Bildhauer prägte, wird in der Korrespondenz der Künstlerin mit dem Bildhauer deutlich:

« Est-ce qu’on peut oublier quelque chose qu’on possède ? Tout ce que j’ai appris ici dans votre atelier, pas seulement la sculpture aussi des idées nouvelles que vous m’avez données, tout ça je le possède et je ne le perdrai jamais je vous assure. »

Handschriftlicher Brief von Hedwig Woermann an Bourdelle,
13 Mai 1901, Paris. Musée Bourdelle, AB B.1.32.65.2.

Zusammen mit anderen Künstlern und Künstlerinnen, auf die der französische Bildhauer einen bleibenden Eindruck hinterlassen hatte, waren erneut Werke der Künstlerin in der Stadt zu sehen, die sie zu Beginn ihrer Künstlerkarriere so sehr prägen sollte. Damit schließt sich die Ausstellung in Paris an die 2012 im Museum Wörlen in Passau gezeigte Schau „Hedwig Woermann und ihre Künstlerfreunde” an und präsentiert nach Paula Modersohn-Becker erneut eine Künstlerin der Künstlerkolonie Worpswede einer internationalen Öffentlichkeit.

Barbara Bauer studierte International Cultural and Business Studies in Passau und Le Mans. Anschließend Studium der Bildenden Kunst an der Kunsthochschule ESBA TALM, Le Mans. Aktuell Studierende des Internationalen Masters für Kunstgeschichte und Museolgie an der Universität Heidelberg und der École du Louvre, Paris. Internationales Forschungsprojekt zur Masterarbeit mit dem Thema “Antoine Bourdelle und Deutschland. Zur Rezeption des Bildhauers im Nachbarland” [Arbeitstitel].

Blouse d’une femme sculpteur au travail

« Pour préserver sa toilette rien n’est plus pratique que la blouse d’artiste, qui se fait tout d’une pièce enveloppant toute la personne. On peut employer n’importe quelle toile, satinette ou linon. […]. C’est la blouse droite coupée en forme comme l’antique sarreau des enfants, ou bien montée sur un empiècement»1.

Femme sculpteur au travail d'Antoine Bourdelle
“Femme sculpteur au travail” d’Antoine Bourdelle. Musée Bourdelle

L’affiche de l’exposition « Transmission/Transgression» fait figurer la sculpture réalisée par Antoine Bourdelle, Femme sculpteur au travail2, laquelle fait pendant Femme sculpteur au repos, sculptures dont le modèle est son épouse, Cléopâtre Bourdelle. Elle-même d’abord sculptrice et élève de Bourdelle, elle a servi de modèle à ces deux représentations de sculptrices. La première, pieds nus, porte un large vêtement, les bras écartés et brandissant massette et point, et s’apprête, dans un geste éclaté et aérien, armée du maillet et de la pointe, à attaquer une matière invisible à nos yeux.
Le geste créateur de la sculptrice est ici esthétisé, et les analogies formelles ne manquent pas, notamment avec les figures de danseuses. Dans son ouvrage Bourdelle et la Grèce, Marina Lambraki-Plaka souligne qu’une variante de Femme sculpteur au travail datée de 1908 s’intitule Danse du Marbre3, rappelant la danse serpentine de Loïe Fuller. Les voiles se déployant au fil de la chorégraphie évoquent tour à tour la fleur, l’oiseau4 ou la chauve-souris, analogie intéressante dans le cas de la Femme sculpteur au travail aux « ailes de pierre »5. Pour Bourdelle, la danse joue un rôle dont la fécondité est visible notamment dans des dessins, réalisés entre 1909 et 1915, inspirés des mouvements libres de la danse d’Isadora Duncan6, l’Américaine ayant aussi servi de modèle pour le bas-relief de La Danse sur la façade du Théâtre des Champs-Élysées réalisée par Bourdelle entre 1910 et 1913.

La draperie de la blouse de la Femme sculpteur au travail est en réalité complétée par un vêtement que portait Cléopâtre sur ses épaules lors d’une séance de travail dans l’atelier, en témoigne une note dans laquelle elle se souvient : « J’étais alors son élève et dégrossissais un marbre pour lui. Je portais un grand châle tricoté blanc parce que j’avais froid. Bourdelle trouva beau le mouvement et me fit poser ainsi »7. Bourdelle a utilisé un autre élément de la tenue de travail qui est cette pièce de linge mise sur la tête afin de protéger les cheveux de la poussière généré par la taille. On le retrouve, vidé de sa substance utilitaire et acquérant une dimension mystique, sur la tête de la Vierge dans Vierge à l’Offrande pour laquelle Cléopâtre a prêté ses traits8.

Vierge à l'enfant de Bourdelle
“Vierge à l’enfant – coiffe triangulaire” d’Antoine Bourdelle. Musée Bourdelle

Dans le catalogue Sculpture’elles, Geneviève Fraisse rapproche iconographiquement la célèbre photographie de Camille Claudel travaillant à la Sakountala9 de la sculptrice au travail de Bourdelle10. Hormis ces deux exemples, la sculptrice au travail reste un sujet peu traité en peinture ou en sculpture11, à de rares exceptions près, dont fait partie l’œuvre de Blanche Moria La femme revêt la blouse du travail pour acquérir une individualité12. Moria ne précise pas s’il s’agit d’une blouse d’artiste ou d’ouvrière, mais interprétée au regard de la sculpture, la blouse apparaît comme indicateur iconographique du moment où la créatrice en tenue de travail prend le pas sur la muse auparavant dénudée physiquement et de toute identité artistique. Conservé au musée Bourdelle, un riche fonds de photographies prises dans l’atelier d’Antoine Bourdelle ou à la Grande Chaumière où il enseignait entre 1909 et 1929, documente le travail, l’apprentissage et la présence de sculptrices dont les parcours restent encore à retracer.

Eva Belgherbi est doctorante en histoire de l’art à l’Ecole du Louvre et à l’Université de Poitiers depuis 2017. Son sujet porte sur l’enseignement de la sculpture aux femmes, en France et en Grande-Bretagne, de 1870 à 1914. Elle a participé aux recherches menées sur les élèves de Bourdelle pour l’exposition “Transmission/Transgression, Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier…” en 2018.

  1. Suzanne Mai, « À Travers l’élégance », dans La Presse, 6 septembre 1906, n°5208, p. 4 []
  2. Antoine Bourdelle, Femme sculpteur au travail, 1906, bronze, 50,2 x 30,4 x 18 cm, Paris, Musée Bourdelle Inv.MBBR1111, Legs Rhodia Dufet-Bourdelle, 2002 []
  3. Marina Lambraki-Plaka, Bourdelle et la Grèce, les sources antiques de l’œuvre de Bourdelle, Athènes, Akadīmia Athīnon, 1985, p. 177, note 50. Dans ce même ouvrage (p.49), l’auteure rapproche la position de la Femme sculpteur au travail de Zeus brandissant la foudre et de l’Athéna Promachos, conférant ainsi un caractère combatif à la sculpture []
  4. L’aspect zoomorphe de la Femme sculpteur au travail fait aussi écho à celui du bronze Statuette en pied, grandeur définitive, (1917, 61,6 x 17,5 x 18,6 cm,  MBBR. 862), pour lequel Madeleine Charnaux a posé, ses bras formant des sortes d’ailes. []
  5. Nous reprenons ici le mot de Fernand Divoire dans sa critique d’une chorégraphie improvisée d’Isadora Duncan sur La Marseillaise en 1916 à New York (« Les Commentaires de la quinzaine ; Les Arts », La Revue de France. Archives du musée Rodin), cité dans Stéphanie Cantarutti, notice du dessin d’Antoine Bourdelle, « Isadora Duncan dansant la Marseillaise », Isadora Duncan, une sculpture vivante, cat. exp., Paris, Paris musées, 2009, p. 132. []
  6. Colin Lemoine, « Le ballet et la bacchanale, la danse dans l’œuvre d’Antoine Bourdelle », Isadora Duncan, une sculpture vivante, cat. exp., Paris, Paris musées, 2009, pp. 105-110. []
  7. Cléopâtre Bourdelle à M. Manoukian, 31 octobre 1959, Paris, archives du musée Bourdelle, legs Rhodia Dufet Bourdelle, 2002. []
  8. Amélie Simier, « Cléopâtre Sevastos », Transmission/Transgression, Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier, cat. exp., Paris, Paris-Musées, 2018, pp. 86-102, p. 91-92 []
  9. William Elborne, Camille Claudel travaillant à Sakountala dans son atelier ; un second plan Jessie Lipscomb (1861-1952) modelant Femme s’étirant, 1887, épreuve gélatinoargentique, Paris, Musée Rodin, INV. PH1773 []
  10. Geneviève Fraisse, « La sculptrice à l’œuvre », Sculpture’elles, les sculpteurs femmes du XVIIIe siècle à nos jours, cat. exp., Boulogne-Billancourt, M-A30 ; Paris, Somogy, 2011, pp. 210-213, p. 210 []
  11. Pour davantage d’exemples, voir la section « l’atelier » du catalogue d’exposition Sculpture’elles, ibid., pp. 23-31. []
  12. Salon de 1902, plâtre, localisation actuelle inconnue. Œuvre reproduite sur la première de couverture de l’ouvrage de Maria Lamers de Vits, Les femmes sculpteurs, graveurs, et leurs œuvres, Paris, Référendum littéraire, 1905. []

L’atelier ardent (1929-1949 : une archéologie de la muséalisation militante du musée-atelier Antoine Bourdelle.

« Au creux des ateliers, on dirait que le maître va bientôt revenir, tant il semble que tout l’attend » 1 .

En quête d’un sujet conciliant exploration des archives, analyse centrée sur l’histoire de l’art et lecture muséographique, l’équipe scientifique du musée Bourdelle m’orienta rapidement vers la période de latence entre la mort du sculpteur en 1929 et l’ouverture effective de l’institution en 1949. Si justement baptisées par Claude Somek « la traversée du désert » 2, ces vingt années avaient été peu explorées, délaissées pour l’étude de l’œuvre de l’artiste ou pour l’histoire du musée déjà constitué. Une profusion de sources s’offrait alors afin de démêler les protagonistes et les enjeux multiples de cette ère qui, contrairement à l’immobilité apparente, se révéla féconde et essentielle dans la définition de l’établissement à naître.

Continuer la lecture de L’atelier ardent (1929-1949 : une archéologie de la muséalisation militante du musée-atelier Antoine Bourdelle.

Répertoire des élèves de Bourdelle

Depuis plusieurs années, pour répondre aux nombreuses questions concernant les élèves formés auprès d’Antoine Bourdelle, le musée Bourdelle a constitué un répertoire. Celui-ci s’enrichit au gré des échanges avec les chercheurs et les descendants d’élèves. N’hésitez pas à nous faire part de toute information qui pourrait le compléter.

Continuer la lecture de Répertoire des élèves de Bourdelle

Antoine Bourdelle, ses élèves et Wikipédia

La genèse du projet Wikipédia porté par le musée Bourdelle trouve ses racines dans la volonté de diffuser au plus grand nombre et mettre à la portée de tous les recherches en cours sur Bourdelle et ses élèves. À l’occasion de la préparation de la future exposition «Transmission/Transgression, maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier, … », les archives et la documentation concernant l’enseignement de Bourdelle et ses élèves ont été mobilisées, étudiées et exploitées. La recherche cependant ne s’arrêtera pas avec l’ouverture de l’exposition et va continuer sur le temps long, que ce soit sur ce carnet de recherche ou sur Wikipedia.

Continuer la lecture de Antoine Bourdelle, ses élèves et Wikipédia