L’oeuvre d’Antoine Bourdelle, “testament spirituel” de l’artiste

Au crépuscule de sa vie, Antoine Bourdelle (1861-1929) entreprend un projet d’envergure : l’élaboration d’un musée éponyme, garant de la mémoire et de la grandeur de son créateur. Alors que prennent corps ses premières réflexions muséographiques, le goût du sculpteur pour l’écriture amène progressivement ce dernier à mettre au point un embryon de catalogue raisonné de sa propre production. Le musée de papier ainsi constitué concentre dans ses pages l’essence de la création bourdellienne.

Dès le mois d’août 1924, le maître de Montauban émet le souhait de se lancer dans une vaste entreprise éditoriale. La finalité assignée à cet ambitieux programme d’édition réside dans la volonté de l’artiste de laisser une trace de son œuvre à la postérité. Il songe notamment à ses élèves et aux futurs étudiants de son musée-atelier, car les publications – cahiers de cours, notes de voyages, poèmes, pensées artistiques… – doivent rejoindre la grande bibliothèque projetée et ainsi constituer un laboratoire de travail susceptible de nourrir l’imagination créatrice de toute une génération de jeunes sculpteurs. Outre la seule explication professorale, Bourdelle y voit également l’occasion de lever le voile sur un pan obscur de sa philosophie esthétique et de mettre au jour ses influences, ses inspirations et ses expérimentations plastiques.

Anonyme, Bourdelle et ses élèves à la Grande Chaumière, 1921, épreuve gélatino-argentique, 12.3 x 17.3 cm, MBPH2326.

Ce vœu ne sera toutefois que très imparfaitement accompli de son vivant : en dehors d’une publication datant de 19371, la première série de ses écrits n’est rendue publique qu’au cours des années 1950, sous la conduite de son épouse désormais veuve, Cléopâtre (1882-1972)2. Il faudra ensuite attendre le début du XXIe siècle pour voir se déployer pleinement l’entreprise éditoriale3 . Un ouvrage fondateur parvient néanmoins à voir le jour durant la décennie 1920 : L’œuvre d’Antoine Bourdelle.

Couverture du deuxième fascicule de L’œuvre d’Antoine Bourdelle.

Sont rassemblés au fil des pages la statuaire et ses déclinaisons en plâtre, bronze, pierre, terre cuite et marbre ; les peintures à l’huile ; les pastels et les aquarelles ; les cartons de fresque et les dessins à l’encre ou à la plume. Le lecteur passe des bustes aux monuments, des croquis et études aux modèles définitifs. L’inédit émerge au sein des productions déjà connues : l’œuvre graphique, en particulier, n’a que très peu été présentée au public. Tous les grands traits de la carrière de Bourdelle sont brossés. L’entremêlement de textes aux images apporte un éclairage nouveau, à la fois introspectif et pénétrant, sur cet ensemble artistique. Bourdelle consacre un long développement à la ville de Montauban et entend évoquer successivement les étapes formatrices qui l’ont aidé à se construire. La proximité temporelle qui s’établit avec l’amorce d’une institution en dur ne résulte pas d’un concours de circonstances : ce véritable musée de papier est imaginé en pendant, dévoilant les futures richesses qui seront rendues accessibles à travers un parcours d’exposition permanente.

Planche-contact regroupant les illustrations du troisième fascicule.

L’ouvrage est distribué par François Sant’Andréa et Louis Marcerou, directeurs de la Librairie de France. Cette maison d’édition parisienne installée dans le 6e arrondissement de la capitale publie de célèbres revues artistiques et littéraires, telles L’amour de l’art ou encore Les Marges, et est également spécialisée dans la parution de livres illustrés, d’art et de vulgarisation4. L’œuvre d’Antoine Bourdelle se présente sous la forme d’une série de six fascicules, comportant chacun une vingtaine de pages organisées de manière analogue : huit pages de texte en amont, puis les reproductions, celles en couleurs au nombre de trois, et celles en noir et blanc variant de onze à dix-neuf. Les “procédés les plus perfectionnés” vantés par la presse5, dont celui de la phototypie, sont utilisés pour restituer le plus fidèlement possible les images des œuvres. Le grand format retenu pour la taille des fascicules – trente-huit centimètres de hauteur pour vingt-huit de largeur – permet quant à lui de jouir de planches aux dimensions confortables pour apprécier pleinement les fac-similés. L’entreprise est familiale et Bourdelle reçoit l’aide logistique de ses proches dans la confection de l’ouvrage. La participation d’Anthippe Couchoud, sœur aînée de son épouse Cléopâtre, est à cet égard particulièrement précieuse pour le sculpteur, qui loue sa présence constante à ses côtés6.

Exemplaire de brouillon de l’une des pages de L’œuvre d’Antoine Bourdelle, MB1786R.

Le nombre de tirages, inconnu, semble avoisiner les trois mille exemplaires par fascicule7. L’état actuel de la recherche, lacunaire sur cette question, ne permet cependant pas d’identifier la quantité d’exemplaires écoulés. Vendu quarante-cinq francs l’unité et deux cent quarante la série intégrale, l’ouvrage n’est pas à la portée de toutes les bourses et s’adresse en premier lieu aux classes sociales les plus aisées. En dépit de la faible couverture médiatique associée à la publication, les papiers se révèlent pour la plupart dithyrambiques. Tous insistent sur le caractère novateur d’une telle entreprise. Le dévoilement, par un artiste vivant, de sa production explicitée à travers un discours narratif richement illustré, est particulièrement acclamé. La qualité générale de l’ouvrage, et notamment des reproductions, est signalée comme une grande réussite. Comparée au Traité de la peinture de Léonard de Vinci ou au Journal rédigé par Eugène Delacroix8, l’exégèse pratiquée par Bourdelle s’insère dans la rare et précieuse lignée des écrits d’artistes.

Sans chronologie dûment établie par l’une des parties prenantes, il n’est pas aisé de s’aventurer dans les méandres de la genèse de L’œuvre. Seuls les articles de presse et les missives échangées permettent d’en reconstituer partiellement le calendrier. Un échange avec Sant’Andréa montre que la conception de l’opus est déjà lancée en novembre 19219. Le premier fascicule paraît vraisemblablement fin 1924 ou au début de l’année suivante. Les volumes deux à quatre sont quant à eux publiés sporadiquement, entre la fin d’année 1926 et le mois de septembre 1928. Le 1er octobre 1929, Bourdelle meurt sans que n’aient été édités les deux derniers fascicules. Le projet originel tout entier s’effondre alors : l’artiste concevait L’œuvre comme un panel de volumes embrassant l’intégralité de sa carrière pour en offrir une vision exhaustive. Une étude critique et des séries thématiques sur les motifs récurrents de sa production devaient également voir le jour. Le décès du maître marque un coup d’arrêt définitif à cette ambition. Il est probable que Cléopâtre Bourdelle, épaulée par sa sœur Anthippe et par les éditeurs de son défunt époux, s’attelle à la publication des deux derniers fascicules de la première série, vraisemblablement achevés de la main bourdellienne quelques semaines avant son trépas10. Quelques rares articles publiés en novembre 1930 évoquent à nouveau L’œuvre, dont la parution semble avoir repris ou s’être achevée à cette date11 ; a posteriori, il n’en est plus fait mention.

Planche-contact regroupant les illustrations du sixième et dernier fascicule.

L’œuvre d’Antoine Bourdelle qui nous est parvenu n’est donc qu’un chapitre fragmentaire et inachevé de la projection initiale du sculpteur. Premier et unique volet ne dévoilant qu’une poignée d’œuvres quand il s’agissait d’en révéler l’entièreté, l’ouvrage demeure néanmoins un témoignage de premier ordre dont la matière textuelle et visuelle donne à voir toute la sensibilité de l’approche artistique du maître de Montauban. Il semble par ailleurs ouvrir la voie aux futures publications bourdelliennes : telle une préfiguration du programme éditorial qui sera mis en place des décennies plus tard, sont synthétisés dans ce premier volume des éléments biographiques, des pensées artistiques, des poèmes, autant de composantes qui feront par la suite l’objet de parutions distinctes. En publiant ces six fascicules, Bourdelle offre donc à la contemplation un prélude théorique annonciateur des prémices de son futur musée, et dévoile au monde les musealia qui doivent être mises en exposition.

 

Alexandra Jouanneau


Le présent mémoire synthétise un travail de recherche réalisé en vue de l’écriture du mémoire suivant : Alexandra JOUANNEAU, De l’éphémère au permanent. Le rôle des expositions temporaires dans la création du musée Bourdelle (1928-1938), mémoire de recherche, sous la direction de Claire Boisserolles, Paris, École du Louvre, 2021.
Suite à l’obtention de son diplôme de muséologie de l’École du Louvre (Master 2), l’auteure est désormais étudiante en Master 2 Sciences et Techniques de l’Exposition (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

 

  1. La sculpture et Rodin, Paris, Émile-Paul, 1937. []
  2. Plusieurs ouvrages sont alors publiés : La Matière et l’Esprit dans l’Art, Paris, Les Presses littéraires de France, 1952 ; Hommage à un félibre : Auguste Quercy, Montauban, [Imp. Coopérative], 1953 ; Écrits sur l’Art et sur la Vie, Paris, Éditions d’Histoire et d’Art, Plon, 1955. En 1961 paraît également la correspondance entretenue avec André Suarès. []
  3. Cours et Leçons à l’Académie de la Grande Chaumière. Tome 1 : Cours (1909-1910) ; Tome 2 : Leçons (1909-1922), éd. établie par Laure Dalon, Paris, Paris Musées, Éditions des Cendres, 2007 ; L’atelier perpétuel. Proses & Poésies (1882-1929), Paris, Paris Musées, Éditions des Cendres, 2007 ; Chemin faisant. Notes et relations de voyages (1901-1927), éd. établie par Marc Kopylov et Colin Lemoine, Paris, Paris Musées, Éditions des Cendres, 2010 ; Correspondance [Antoine Bourdelle – Auguste Rodin]. 1893-1912, éd. établie par Colin Lemoine et Véronique Mattiussi, Paris, Gallimard, 2013. Enfin, les mémoires de Cléopâtre Bourdelle, qui retracent de nombreux souvenirs communs aux époux, ont eux aussi fait l’objet d’une parution en 2005, en préambule de ce cycle éditorial [Ma Vie avec Bourdelle, Paris, Paris Musées, Éditions des Cendres, 2005]. []
  4. Ces précisions sont apportées par l’en-tête qui orne l’une des lettres adressées par Louis Marcerou à Antoine Bourdelle (L.A.S. Louis Marcerou-Antoine Bourdelle [23/12/1921], archives du musée Bourdelle, AB/B.1). En dehors de ces informations, très peu d’éléments ont pu être trouvés sur la Librairie de France. Quelques livres édités dans les années 1950 et 1960 mentionnent une “Nouvelle Librairie de France” sous la conduite d’un certain F. Sant’Andréa, mais la maison semble depuis avoir disparu du paysage éditorial français. []
  5. Anonyme, “L’œuvre d’Antoine Bourdelle”, Comoedia, 19 juin 1925, AMB, AB/G.4, p. 268. []
  6. L.A.S. Antoine Bourdelle-Louis Vidal [06/1926], AMB, AB/B.2.09 — MBD7045. []
  7. Ibid. — MBD7044. []
  8. Jean-Paul Régis, “L’œuvre de Bourdelle”, Le Travail, 9 août 1925, AMB, AB/G.4, p. 296. []
  9. L.A.S. Antoine Bourdelle-François Sant’Andréa [06/11/1921], AMB, AB/B.2.08. []
  10. Aucun élément ne permet à ce jour de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse ; cependant, il est peu envisageable que Cléopâtre Bourdelle ait pris la suite de son époux sans qu’aucune mention ou document de travail allant dans ce sens n’aient été retrouvés. Elle a pu en revanche mettre au propre les brouillons et participer à la mise en page des derniers feuillets, sous la conduite de Bourdelle. []
  11. AMB, CB/D.3.07, p. 10. []