Entre la France et l’Égypte : Daria Gamsaragan (1902-1986), sculptrice aux frontières de l’imaginaire

« L’artiste est un animal bisexuel, possédant les éléments mâle et femelle, l’un reçoit la matière fécondante que lui donnent les choses et l’autre forme de cette matière brute l’œuvre définitive. »1

Ainsi Daria Gamsaragan, sculptrice, médailliste et écrivaine définit lessence de lartiste. Née le 24 avril 1902 à Alexandrie (Égypte), elle sest formée à la peinture chez le sculpteur Joseph Constant, avant de découvrir sa voie. En 1924, elle s’installe à Paris (France) pour apprendre la sculpture dans latelier de la Grande Chaumière, sous lenseignement dAntoine Bourdelle jusquen 1927. En parallèle de cet apprentissage, elle aurait également suivi des cours de dessins à lAcadémie Colarossi, travaillé la peinture avec André Lhote, et se serait rapprochée des tendances cubistes en sculpture avec Joseph Csaky.

Daria Gamsaragan, Porteuse de fruits, vers 1937, bronze, h. 20 cm, Paris, collection particulière Source de la photographie : personnelle

Après avoir exploré les destins croisés de quatre sculptrices élèves d’Antoine Bourdelle au début du XXème siècle dans le cadre d’un mémoire de Master 1 à l’École du Louvre, j’ai fait le choix d’un travail approfondi sur l’une d’entre elle en Master 2 : Daria Gamsaragan.
Un premier temps de ce mémoire est consacré à la période de formation de Daria Gamsaragan, en Égypte chez Joseph Constant et à Paris chez Antoine Bourdelle et dautres, entre 1920 et 1935. Un deuxième temps se porte sur la construction de sa carrière, entre 1935 et 1950. Comment Gamsaragan trouve-t-elle son « propre chant » comme le préconise lenseignement de Bourdelle ? Son maître savère être un point de sa carrière, qui se poursuit entre la France et l’Égypte. Enfin, un troisième moment dessine le renouveau artistique de Daria Gamsaragan entre 1950 et 1986, après le tournant que constitue la Seconde Guerre mondiale.

Daria Gamsaragan, D’Astier de La Vigerie, 1949, bronze, h. 30 cm, Paris, collection particulière
Source de la photographie : personnelle

À la croisée des pays et des univers, entre réalité et imaginaire, sculpture et écriture, la démarche artistique de Daria Gamsaragan sexprime par un langage plastique expressif. Sa poursuite de la figuration après la Seconde Guerre mondiale intéresse une certaine critique de l’époque, notamment Waldemar-George, Roger Vailland ou André Warnod.

Cest cet art, dans sa complexité et son originalité, que nous avons exploré dans notre mémoire de Master 2 à l’École du Louvre, sous la direction de François Blanchetière et Claire Boisserolles. Ce travail monographique repose essentiellement sur les archives et les œuvres conservées en mains privées, chez les ayant-droits de lartiste. Notre travail écrit saccompagne dun travail de catalogue des œuvres. Il se veut être le plus exhaustif possible malgré ses limites, les œuvres de Daria Gamsaragan se situant presque exclusivement en mains privées.

Les collections publiques françaises conservent néanmoins quelques oeuvres : le Buste de Jean Follain (Saint-Lô, Musée des Beaux Arts, dépot du Musée des Beaux Arts de Caen, Inv. 77.1.1 ), Torse (Dreux, Musée d’Art et d’Histoire, D952.016.001) ou les médailles Hymne au soleil (Montgeron, Musée Josèphe Jacquiot, Inv. 2019.0.295 ) et Marcel Schwob (Paris, Musée Bourdelle, Inv. DICO102). Son Monument aux intellectuels arméniens est visible au cimetière de Bagneux, 21° division.

Daria Gamsaragan, Sans titre, n.d., H. 24 x 32 cm, encre sur papier, Paris, collection particulière
Source de la photographie : personnelle

Elisa REBOUL, élève en classe préparatoire au concours de conservateur du patrimoine à l’École du Louvre.


1 Feuille manuscrite de Daria Gamsaragan, datée du 20 février 1938 (Paris, collection particulière).

Une réflexion sur « Entre la France et l’Égypte : Daria Gamsaragan (1902-1986), sculptrice aux frontières de l’imaginaire »

  1. Merci de mettre en lumière Daria Gamsaragan laquelle au delà de son grand talent artistique,
    hélas trop longtemps ignoré en parti à cause de sa trop grande réserve , fût un être exceptionnel d’humanité, une grande dame que, à titre personnel , je garde au coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.