Asclépios, la dernière œuvre modelée par Antoine Bourdelle

Dans la Grèce antique, Asclépios fut d’abord un devin avant de devenir le dieu de la médecine, dont l’attribut est le bâton autour duquel s’enroule un serpent. Asclépios est la dernière œuvre d’Antoine Bourdelle (ill. 1), modelée en septembre 1929, alors qu’il lutte contre la maladie, comme une invocation au dieu guérisseur.


Selon le docteur Paul-Louis Couchoud, son beau-frère, le sculpteur disait en souriant qu’Asclépios serait bien obligé de le guérir, maintenant qu’il avait réalisé son effigie1. Retiré au Vésinet depuis le mois de mai, dans un pavillon mis à sa disposition par son ami et fondeur Eugène Rudier, Bourdelle y meurt le 1er octobre 1929.

Antoine Bourdelle, “Asclepios”, ou “Esculape“, 1929, plâtre, 36,2 x 19,3 x 15,6 cm, Paris, Musée Bourdelle, MBPL2433

Cléopâtre, son épouse, raconte qu’il invoqua Asclépios quelques jours avant de mourir, un récit qui ajoute encore au symbolisme de l’œuvre :
« Cinq jours avant sa mort, Bourdelle eut une dernière congestion cérébrale. […] Il était complètement paralysé de la moitié du corps. Le lendemain, avec une infirmière, nous l’avons allongé dans son lit. Il put articuler quelques mots très compréhensibles : ‟ Asclépios, aide-moi !” Il venait d’achever cette statuette. »2

Bourdelle donne une description précise de l’œuvre à sa fille Rhodia (en voyage aux Etats-Unis)3 dans une lettre du 15 septembre 19294 :
« Je quitte pour t’écrire, de travailler un petit modèle de nouvelle sculpture. Près de la piscine du temple d’Epidaure (Grèce Antique), le Maître des sciences médicales Esculape – ASKLÉPIOS – appuyé contre une colonne, lève très haut son bras droit et parle à la foule des souffrants. Le Boa sacré est enroulé autour du corps du sage, le col du grand serpent sacré s’élève au long de la ligne du bras levé du sage et, près de la main de l’orateur, il ouvre toute grande sa gueule qui paraît ainsi en plus des grandes lignes harmonieuses que cela compose. Le Serpent sacré paraît lui aussi parler aux foules. C’est très curieux. Le Sage, le Boa, la colonne et son chapiteau, d’une forme que je crée un peu en bas au sol du rebord du puits sacré appelé la Tholos, tout cela fera un nouveau petit bronze tout inattendu. » (ill. 2)
Le sculpteur montre une fois encore sa préoccupation formelle : le serpent, dont l’enroulement ascendant accompagne les lignes du corps du devin, se dresse en doublant le mouvement du bras, sa gueule et la main de l’orateur semblant deux voix jumelles.

Fanny Bunand-Sévastos, nièce de Cléopâtre, dont Bourdelle a guidé l’apprentissage en peinture, est auprès d’eux au Vésinet. Elle y peint l’artiste sur la véranda, modelant Asclépios, toile qu’elle présente au salon des Tuileries de 1930 sous le titre Bourdelle travaillant au Vésinet (ill. 3), en même temps que le Portrait de Mlle [Rhodia] Bourdelle, peint le même été5. Bourdelle écrit à Rhodia que « Zezette [surnom de Fanny] a peint de très jolies toutes petites toiles. Jardins et intérieurs avec tous leurs décors. Elle a peint un portrait de Madame Rudier qui est très bien. »6 Il ne mentionne toutefois pas explicitement son portrait.

Fanny Bunand-Sevastos (1905-1998), “Antoine Bourdelle modelant Asclépios au Vésinet”, 1929, huile sur toile (localisation inconnue), reproduction en noir et blanc extraite de Daniel Marquis-Sébie, “Le message de Bourdelle”, 1931, planche sn, en regard de la page 123

Cette invocation de Bourdelle aux dieux grecs ne saurait surprendre. Il était féru de culture grecque antique7 et fier d’avoir épousé une authentique Grecque. Un de ses meilleurs amis était le poète et helléniste André Suarès, qui vint au Vésinet égayer ses derniers instants (ill. 4).

Anonyme, “Antoine Bourdelle et André Suarès au Vésinet”, 1929, négatif sur verre au gélatino-bromure d’argent, 12 x 9 cm, Paris, Musée Bourdelle, MBPV522

Suarès surnommait son ami Euripide8. Par le passé, les deux hommes avaient échangé au sujet d’Esculape. L’année 1924, Bourdelle avait failli mourir d’un empoisonnement du sang, dont il mit plusieurs mois à se rétablir. En juin, il écrivit à Suarès sa profonde émotion en lisant la découverte d’un temple dédié à Asclépios sur l’Acropole d’Athènes et en apprenant que le prêtre guérisseur de ce temple, auquel on avait confié le serpent d’Asclépios, n’était autre que l’auteur tragique Sophocle :
« A propos de la solitude du poète, une chose merveilleuse vient de me toucher. C’est la découverte par une mission allemande, sur ou vers l’Acropole, d’un petit temple où fut gardé quelques temps le serpent sacré d’Asclépios.
Durant une affreuse peste, il fut confié à un vieux prêtre qui avait chez lui un tout petit dieu guérisseur de petits maux.
Ce prêtre vivait des offrandes de ceux qui se guérissaient par croyance, mais il ne put vaincre le grand fléau. C’est alors qu’on éleva un petit temple pour lui, où on lui confia pour vaincre le fléau le serpent d’Asclépios.
Il paraît que l’histoire est connue de quelques lettrés et archéologues, mais la découverte du petit temple, avec encore dedans l’effigie du vieux bonhomme de prêtre, petit guérisseur consulté pour de légers maux, remet en scène cette page du siècle divin des Grecs.
Et j’ai été suffoqué d’émotion lorsque j’ai su que ce vieux guérisseur des croyants en son petit dieu était le divin Sophocle […]. Et que c’est beau cette sagesse de Sophocle abritant sa vie sous son petit dieu médecin
 »9

Dans une lettre de 1926, Suarès offre une libation au dieu pour la santé de Bourdelle : « Adieu cher Euripide. Prenez un peu de repos. Portez-vous bien. Je dédie pour vous et votre santé une libation de vin pur à Esculape : et rien de moins que le glorieux Châteauneuf-du-Pape. »10

D’ailleurs Bourdelle avait déjà représenté le dieu dans une aquarelle11, mais en position assise (ill. 5), dessin non daté, qui appartient à un ensemble intitulé Terres découpées, dédié aux divinités grecques. Proche par le thème et le style de la série des Épigrammes grecques, on peut approximativement le dater vers 192212.

Antoine Bourdelle, “Asclepios”, s.d., plume et encre noire, aquarelle et rehauts de gouache blanche sur papier vélin contrecollé sur support ancien, 19,7 x 15,3 cm, Paris, Musée Bourdelle, MBD2597

Dans la statuette, Bourdelle donne à Asclépios ses propres traits. Est-ce simplement pour s’adjoindre le dieu guérisseur ou une manière de signifier que la médecine seule ne saurait le sauver, qu’il doit être son propre thaumaturge, comme il l’écrit à Suarès en juillet 1929 :
« La vérité est que je me demande si, même avec son secours [celui du médecin], j’appartiendrai demain à la foule des vivants. Ferai-je un miracle ? Aurai-je assez de volonté pour recréer un corps par l’âme ? J’en doute un peu, mais je résiste. Bien entendu je travaille. J’ai à finir des monuments. »13

Le docteur Emile-François Julia, qui achevait un ouvrage sur Bourdelle au moment de la mort du sculpteur, y ajouta un post-scriptum sur les derniers moments et les dernières œuvres. Il évoque Asclépios, dont il note la proximité tant physique que morale avec Bourdelle, que ses amis décrivaient parfois comme un prophète :
« La veille de sa mort, il terminait une statuette qu’il dédiait au dieu de la Médecine, appelant sur lui, nouveau Socrate, par une boutade pleine de jovialité et d’humour, la protection du Guérisseur. Cet Asclépios n’a guère que quarante centimètres de haut ; mais il est poussé dans son exécution avec une extrême rigueur comme s’il devait orner un jour quelque colline de l’Attique à l’échelle du plein air. Le personnage, vêtu aussi peu qu’un philosophe antique, chaussé de sandales, la barbe en rond, le bras levé en signe d’espoir et de ralliement, emprunte bien des traits à Bourdelle lui-même. Il se tient debout, colonne de savoir adossé au pilier cylindrique du temple, dans l’attitude de la parole quasi prophétique. »14

La première édition en bronze d’Asclépios (ill. 6) appartint au docteur François Debat (1882-1956)15, fondateur en octobre 1929 de la Revue du médecin, qui devint l’année suivante Art et Médecine.

Antoine Bourdelle fit partie du comité d’honneur de la revue (ill. 7), dont le rédacteur en chef était son beau-frère Paul-Louis Couchoud. Comme ce dernier l’indique dans la présentation de la ligne éditoriale, « Antoine Bourdelle est mort pendant que ce premier numéro était sous presse. Avec son beau génie et son grand cœur il nous a prodigué les plus précieux conseils. Nous lui consacrerons un hommage dans le numéro de novembre. »16

Comité d’honneur de la Revue du médecin, “Revue du médecin”, n°4, janvier 1930, p. 7

La revue publie le mois suivant un croquis préparatoire pour la sculpture (ill. 8), indiquant « C’est à la Revue du médecin [c.a.d. au Dr Debat] qu’était destinée l’œuvre dont le croquis que nous publions ici constitue, en quelque sorte, un premier état. » La photo de l’édition en bronze est publiée en mai 1930 (ill. 9), probablement peu après la fonte de l’œuvre.

Face à la maladie, Bourdelle refusait de s’avouer vaincu, c’est qu’il avait des monuments à achever17 et tant d’œuvres encore à créer. Les témoignages convergent sur le regain de créativité dont il était animé dans ses derniers mois : « A la vie qui lui échappait, il arrachait un dernier souffle créateur. »18
Pourtant Esculape ne l’a pas exaucé. Alors il s’est tourné vers le Sublime ouvrier dont il entretenait ses élèves à la Grande Chaumière et lui a adressé son dernier poème, qui débute ainsi : « Être infini hors d’espace et du Temps – Dieu -J’entre en Toi. »19

Valérie Montalbetti est Responsable des sculptures et des collections de Bourdelle au Musée Bourdelle.



Citer ce billet
valeriemontalbetti (2020, 8 décembre). Asclépios, la dernière œuvre modelée par Antoine Bourdelle. Carnet de recherche autour d'Antoine Bourdelle. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4lp

  1. Paul-Louis Couchoud, « Souvenirs intimes sur Bourdelle », Revue du médecin, n°8, mai 1930, p. 21. Ce trait est également raconté dans plusieurs autres textes :
    -Marcel Pays, « Un des plus beaux fleurons de la couronne artistique de la France », Excelsior, 2 octobre 1929, p. 3
    -J.L., « Au lit de mort de Bourdelle. Le corps sera ramené à Paris vendredi », L’Intransigeant, 3 octobre 1929, p. 3
    -Daniel Marquis-Sébie, Le message de Bourdelle, Paris, 1931, p. 214 []
  2. Cléopâtre Bourdelle-Sévastos, Ma vie avec Bourdelle, 1960-1961, publ. posth. 2005, p. 78-79 []
  3. L’état de Bourdelle s’étant provisoirement amélioré pendant l’été, Rhodia, jeune bachelière, est partie deux mois en Amérique avec sa gouvernante Miss Colby : cf Lettre de Bourdelle à Monsieur Cépède du 30 juillet 1929, AMB, cote MB_ARCH_BO_AB/B.2.02.C48.01 []
  4. AMB, cote MB_ARCH_BO_AB/B.2.10.1.C1.66 []
  5. Des photos d’un album de famille montrent Rhodia posant et Fanny réalisant le portrait de sa cousine, au Vésinet, en juillet 1929 [Album de photographies de la famille Bourdelle, années 1927-1930, avec une couverture rose, MBPH4588] []
  6. Lettre précitée, note 4 []
  7. Marina Lambraki-Plaka, Les Sources antiques de l’œuvre de Bourdelle, 1985 []
  8. Suarès écrit à Bourdelle qu’il ressemble à Euripide dans une lettre du 22 mars 1922 ; par la suite il continue de le surnommer ainsi : A. Suarès – A. Bourdelle, De l’amitié, Lettres présentées par Michel Dufet, Arted, 1977, p. 10 & 178 []
  9. Ibid., p. 45-46 []
  10. Ibid., p.57 []
  11. Musée Bourdelle, MBD2597 []
  12. Je remercie Stéphane Ferrand pour ces précisions. []
  13. Ibid., p. 77 []
  14. Dr Emile-François Julia, Antoine Bourdelle, maître d’œuvre, Paris, Librairie de France, 1930, p. 168 []
  15. Aujourd’hui conservée au Musée du Service de santé des armées. Je remercie Michèle Périssère, conservatrice en chef du patrimoine, de me l’avoir signalée. []
  16. Revue du médecin, n°1, oct. 1929, p. 3, note 1. Ce premier numéro publie une page hommage à Bourdelle par le Docteur Emile-François Julia. []
  17. Le 25 septembre 1929, il écrit à son fidèle assistant Paul Dessausse de préparer son atelier du 16 impasse du Maine pour son retour [AMB, cote MB_ARCH_BO_AB/B.2.03.C20.01]. []
  18. Paul-Louis Couchoud, « Le Génie de Bourdelle », L’Archer, janvier 1930, p. 5 []
  19. Une photographie du poème fut publiée dans L’Intransigeant, 6 octobre 1929, p. 4 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.