Destins croisés : quatre sculptrices élèves de Bourdelle au début du XXe siècle  

Irène Codréano (1896-1985), Marguerite Cossaceanu-Lavrillier (1893-1980), Daria Gamsaragan (1902-1986), Bella Raftopoulou (1902-1992) 

La quête d’un sujet visant l’étude de femmes artistes et l’enseignement artistique aux femmes m’a menée à étudier les portraits de quatre sculptrices dont les destins se sont croisés dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. C’est sur une exposition et son catalogue que s’est fondée ma réflexion : Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans latelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… au Musée Bourdelle du 3 octobre 2018 au 3 février 2019.

Service général de la presse, Bourdelle et ses élèves à la Grande Chaumière. Au premier plan, Bella Raftopoulou, élève grecque, 1928, épreuve gélatino-argentique, Paris, Musée Bourdelle, Inv : MBPH2333

La première partie de cette recherche établit le parcours de ces quatre artistes dans leur pays d’origine puis une fois arrivée dans les ateliers de Bourdelle, de 1919 à 1929.  Marguerite Cossaceanu-Lavrillier et Irène Codréano viennent de Roumanie, Daria Gamsaragan d’Egypte et Bella Raftoupoulou de Grèce. Comment les enseignements reçus se corrèlent aux enseignement du maître, et comment cela se traduit-il dans leur production ?

Le second mouvement du mémoire se penche sur la construction de leur personnalité artistique. En effet, Bourdelle souhaitait que ses élèves  « chantent leur propre chant »1 et il a, en ce sens, réussit son enseignement. 

Enfin, une troisième partie dessine l’affirmation de leur statut d’artiste, ainsi que leur place au sein de la vie artistique parisienne et française en tant que femmes artistes. L’étude de la presse a témoigné qu’au XXe siècle le genre détient un rôle ambivalent dans la reconnaissance artistique. 

Il est question, tout au long du mémoire, d’intégrer leur carrière dans l’étude plus large du statut des femmes artistes au cours du XXe siècle, et de rendre sans conteste l’indépendance et l’unicité manifestes dans leur art, leur personnalité et leur carrière, bien qu’elles soient liées par le fait d’être des artistes étrangères arrivées à Paris pour étudier la sculpture chez Antoine Bourdelle.

Cette synthèse présente mon sujet de mémoire en Master 1 à l’École du Louvre, sous la direction de Cécilie Champy-Vinas et de Claire Boisserolles. 

Elisa REBOUL, étudiante en M2 à l’Ecole du Louvre.
Mon mémoire concernant la sculptrice Daria Gamsaragan est en cours. 



Citer ce billet
elisareboul (2020, 19 novembre). Destins croisés : quatre sculptrices élèves de Bourdelle au début du XXe siècle  . Carnet de recherche autour d'Antoine Bourdelle. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4lo

  1. BOISSEROLLES Claire, FERRAND Stéphane, SIMIER Amélie, Transmission/Transgression – Maîtres et élèves dans l’atelier, Paris, Musée Bourdelle : Paris Musées, 2018 p.7 []

3 réflexions sur « Destins croisés : quatre sculptrices élèves de Bourdelle au début du XXe siècle   »

  1. Bonjour Madame,
    Je suis le petit neveux d’Irène Codréano et serai très intéressé par votre mémoire sur ces quatre sculptrices. Comment faire pour se le procurer?
    J’ai aussi photographié quelques sculptures d’Irène… C’est en lien.
    Très cordialement
    Frédéric Fontenoy

  2. Un grand merci pour ce travail qui sort de l’oubli ces artistes féminines souvent décédées avant l’ère internet.
    Je ne sais pas si votre travail sur Daria Gamsarang se poursuit.Je l’ai personnellement bien connue durant les trente dernières années de sa vie et possède quelques sculptures d’elle.
    Je me tiens à votre disposition pour échanger sur Daria qui me tient tant à cœur,ayant été témoin de la gestation de nombreuses de ses sculptures ainsi que de ses interrogations sur l’art et le monde.Son amour de la vie transparaissait toujours dans son œuvre que ce soit dans la souffrance ou l’élévation de l’esprit.
    Ce travail de mémoire est important dans la transmission de l’art de Bourdelle à ses élèves et de celles -ci à nous ,d’autant plus qu’il n’était pas toujours facile pour des femmes d’exister dans le monde de la sculpture .
    Merci pour ce travail de reconnaissance.
    Catherine Kahla -Perlot

  3. Chère Madame (ou Mademoiselle),

    C’est avec intérêt que j’ai lu lu votre article sur les élèves étrangères de Bourdelle dans les années 1920, dont Daria Gamsarakan, ainsi que l’existence d’une exposition en 2019 qui leur a été consacrée au musée Bourdelle. Vivant à l’étranger et prise par une actualité politique particulière, cela m’a échappé. Férue d’art et collectionneuse, aimant particulièrement le travail de Daria Gamsarakan, j’aimerais savoir si vous avez achevé votre master et si oui, si je pourrais en avoir communication. Merci de me répondre. Sèda Mavian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.