Maillol – Bourdelle : décryptage d’une relation

Par Antoinette Le Normand-Romain

Une vive amitié lia Aristide Maillol et Émile Bourdelle à leur arrivée à Paris : elle avait sans doute sa source dans une commune origine du sud de la France, Montauban pour l’un et Banyuls pour l’autre, et une même année de naissance (1861).

Cette amitié prit fin lorsque Maillol, « le tapissier »1, entra en lice pour la commande du Monument à Zola, au grand mécontentement de Bourdelle. Leurs relations se distendirent alors mais sans jamais s’interrompre totalement car leurs carrières voulaient que leurs chemins se recroisent sans cesse. Tandis que l’exposition Aristide Maillol. La quête de l’harmonie, au musée d’Orsay (12 avril-21 août 2022), relance l’attention sur l’artiste et, au-delà, sur la sculpture de la première moitié du XXème siècle, le moment est venu d’essayer de décrypter la relation de deux des principaux sculpteurs français de cette période. Valérie Montalbetti donnera une suite à ce premier article, consacré au temps de l’amitié.

Le temps de l’amitié. Maillol peintre

C’est probablement grâce au peintre Achille Laugé (1861-1944) qu’ils se rencontrèrent peu après l’arrivée de Bourdelle à Paris en 18842. Laugé avait fait la connaissance de Maillol dès 1882 sans doute, dans l’atelier de Cabanel, et ils partageaient les mêmes difficultés3. Mais il connaissait Bourdelle depuis longtemps et il l’accueillit dans sa mansarde du 24 rue Bonaparte « où les étages les plus voisins des cieux abritaient quelques anciens camarades »4 : c’est alors qu’il pourrait avoir réalisé le dessin assez maladroit, signé « Maillol » représentant St Jean-Baptiste enfant, si celui-ci est bien de lui 5. (Fig.1)

Maillol (?) : Saint Jean-Baptiste
Figure 1 : Maillol (?) : Saint Jean-Baptiste. Crayon noir sur papier vergé, Musée Bourdelle, SN0012

Sept lettres de Maillol conservées au musée Bourdelle6 font revivre le jeune artiste de vingt ans qui s’était inscrit à l’académie Julian peu après son arrivée à Paris, échoua plusieurs fois au concours d’entrée de l’École des beaux-arts où il fut enfin admis le 17 mars 1885, et fréquentait l’atelier d’Alexandre Cabanel. Au-delà de Bourdelle –qui les a conservées-, elles s’adressent au groupe d’amis auquel tous deux appartenaient –ainsi celle qui débute par « Cher tas de Pignoufs » et où il est question de Bourdelle à la 3ème personne, pourrait donner à penser qu’elle est plutôt adressée à Laugé dont la sœur et peut-être les parents se trouvaient à Paris avec lui : « Je voudrais bien savoir des nouvelles de Bourdelle et de sa famille, dit Maillol, je pense beaucoup à eux. Donne le bonjour à tes parents, je les remercie de leur souvenir »7 . La mention de la « famille » de Bourdelle qui avait rejoint le jeune sculpteur à Paris en 1886 confirme pour l’ensemble les dates de 1886 et 1887 que portent les deux lettres qui sont datées. Écrites d’une plume alerte alors que les vacances dispersaient la bande, elles content avec humour les difficultés que rencontre un jeune artiste désargenté, en quête de modèles. L’échange de trois portraits de marins contre une langouste paraît à Maillol « un marché épattant [sic] »8 ! Mais le souci du terme le poursuit et il recourt à ses amis : « pour le moment je n’ai pas le sou. Je ne sais même pas comment je ferai pour te l’envoyer. Essaie de faire patienter le propriétaire pendant un mois. D’abord tu lui diras que tu ne sais pas mon adresse, ensuite que je suis en Espagne, etc.. etc… »9.

Les amis de ce temps

    Maillol regrette l’absence de ses amis lorsqu’il retourne passer les mois d’été à Banyuls : « tout de même, déclare-t-il en 1886, il me tarde de respirer Paris, les amis, les parisiennes, l’atelier, mais surtout les amis, vous autres que j’aime énormément »10 . Les « parisiennes », Bourdelle les évoque dans un texte de souvenirs, consacré à Maillol : venant le voir, il le trouve malade11, couché, en compagnie de « deux amis sculpteurs ». « Ils partent il reste autour de Maillol deux jeunes femmes une tout-à-fait peuple l’air de bonne servante l’autre entrée après moi a du charme bien femme. Douceur sur le visage de ses cheveux en boucle, vêtue d’étoffe légère en plis bouffants taille mince quelque chose d’onduleux et d’imprécis de petits souliers à nœud bas noirs. »12

Bourdelle : Deux lutteurs face à face, MBD1676
Figure 2 – Bourdelle : Deux lutteurs face à face, Plume et encre de Chine, aquarelle, crayon noir sur papier, dessin mis au carreau, MBD1676
Louis Ruet : Antoine Bourdelle travaillant au plâtre de L'Amour agonise, entouré de ses amis dont Cahuc, Maillol et Artigue, en 1886, MBPV1906
Figure 3 – Louis Ruet : Antoine Bourdelle travaillant au plâtre de L’Amour agonise, entouré de ses amis dont Cahuc, Maillol et Artigue, en 1886, MBPV1906

   Mais ce sont surtout les amis qui comptent pour ces jeunes gens éloignés de leur famille, sauf Bourdelle que ses parents avaient rejoints à Paris. Maillol avait retrouvé chez eux une seconde famille. « J’étais tout le temps fourré dans l’atelier de Bourdelle dans ce temps là », se souvenait-il trente ans plus tard13. Originaires pour la plupart du sud-ouest, « les amis de ce temps » [1884], sont élèves de Cabanel et de Jean-Paul Laurens, comme Maillol, habitent 24 rue Bonaparte (Bourdelle, Laugé, Marre et Soliva) ou exposent au Salon de 1884 (Bourdelle, Brousse, Icart, Laugé, Marre, Marty, Ruet et Soliva). « Le sculpteur athlète Aurelio Soliva14 […], Marre15, l’athlète Charles, Achille Laugé, Louis Ruet16, Crebassa17, Aristide Maillol, Cahuc18 , Icart19» (Fig.2 et 3)20 , auxquels s’ajoutaient Brousse21 et Marty22 , se réunissent dans l’« atelier sous les toits »23 que Maillol louait rue de Sèvres grâce aux 400 f. que lui envoyait son curé24: « grives au genièvre, pauvreté de grand d’Espagne […] barils de Banyuls »25 . Ils posent derrière L’Amour agonise de Bourdelle, le plâtre exposé au Salon de 188626 ou encore, de profil, rangés les uns derrière les autres par ordre de taille, Crébassa le plus grand, puis Artigue, Maillol et Ruet27 . Comme les quatre amis de La Bohème de Puccini (1896), ils mènent une vie où alternent des périodes difficiles et des moments de franche gaieté animés par des séances de lutte amicale et des chansons. Grâce à celles-ci nous connaissons un peu mieux ces jeunes gens, dont la plupart, même s’ils exposèrent au Salon, n’ont guère laissé de trace : « La Chanson des copains » de Louis Ruet, le myope qui « fait d’la gravure mauvaise à vendre un sou », décrit, couplet après couplet, « l’physique et l’moral » de Bourdelle, « sculpteur émérite […]. Il fait de la poésie / Comme Victor Hugo. [ Il] éreinte la bourgeoisie / A tir’ larigot », Marty qui « fait des stores splendides / A 20 sous l’arpent ! », Artigue « qu’est dans la peinture », Cahuc dont les toiles furent reçues au Salon, Soliva l’athlète –« La peinture dans sa caboche/Est un art surfait »-, Laugé qui « lâcha la pharmacie / Comme il lâche un pet, / Puis se mit dans la peinture / Car il a du goût », Marre « qu’est au pays », Crébassa alors à l’armée semble-t-il, et doué d’une voix puissante –« pour voir un tremblement d’terre / Y a qu’à l’faire chanter ! »- , Mayol [sic] enfin, à qui il ne faut pas « parler d’ l’Ecole / Ca le fait maigrir. / Au pays des aventures / Dit cet hidalgo / Pour faire de la bonne peinture / J’vais filer tout d’go »28 .

   Au dos d’un Recueil de l’académie des jeux floraux de Toulouse (1858) Bourdelle note à son tour : « Maillol part pour l’Espagne / Non de non, non de non, quelle veine / Maillol part pour l’Espagne / Avec de vieux souliers […] Il va vers les étoiles / Chercher le feu sacré […] il reviendra splendide / De soleil habillé […] »29 . Chaque été Maillol retourne en effet en Catalogne où, si l’on en croit Edouard Vilarem qui l’avait connu jeune, il passe un mois à Leucate chez sa sœur Marie30 et deux à Banyuls chez tante Lucie, la sœur de son père qui l’avait élevé.31 Ces longues vacances lui permettent aussi d’aller en Espagne, chez son frère Raphaël32 dont il utilise le papier commercial « Vins d’Espagne à la commission, Cervera, province de Lerida ». Une lettre datée du 25 juillet 188633, précédée d’un feuillet isolé34 rapporte ainsi une excursion aux environs de Cervera, à Bellpuig où il remarque le tombeau de Ramon Folc de Cardona-Anglesola par Giovanni da Nola (1522-1525), Bell-lloch d’Urgell et Vilagrassa au cours de laquelle la voiture avait manqué verser. (Fig.4). Il en profite pour acheter des souliers neufs : « Sitôt fini [un paysage], je partirai pour la France avec des souliers neufs. J’en ai acheté une paire et je vais en acheter une autre pour 18 francs […]. C’est ce qu’il y a de meilleur marché en Espagne, c’est peut-être parce qu’il y a plus de bêtes que de gens. »

Lettre de Maillol, AMB, AB/B.3.05.06
Figure 4 : Lettre de Maillol, AMB, AB/B.3.05.06

La peinture

   Maillol se destinait alors à la peinture. « Je serais très heureux ici si j’avais un de vous autres avec moi. Je commence à m’embêter de ne pas causer peinture […] Banyuls est un séjour délicieux mais il faudrait être deux peintres. Seul cela devient monotone », déclare-t-il à son « cher tas de pignoufs » et il se représente face à son chevalet coiffé d’un grand chapeau car le soleil est brûlant. Mais il ne le craint pas et il travaille « sans parapluie ». Il avait projeté « un tableau pour le Salon d’enfants nus en plein soleil » mais les enfants ne tiennent pas plus de cinq minutes en place et lorsqu’il veut faire poser nu un petit garçon, les femmes crient au scandale. « J’ai des difficultés matérielles terribles pour faire du nu en plein air »35 (Fig. 5). Par ailleurs il manque d’argent.

Lettre de Maillol, AMB, AB/B.3.05.04
Figure 5 : Lettre de Maillol, AMB, AB/B.3.05.04

   Ces lettres sont marquées par une relation étroite au pays catalan que Maillol conserva toute sa vie, de même que par un fort sentiment de la nature et une grande sensibilité à la couleur qu’il traduit en images très personnelles : « Quelle belle nuit. La lune nous donne son croissant aminci comme un fil. Elle est voilée par un ciel salle [sic] comme une absinthe qui serait violette. »36 Ou encore, alors qu’il traverse Vilagrassa, « Ce village est tout de la même couleur. Une tablette de chocolat pleine de poussière, et tout se fond dans l’or du ciel »37 Il a beaucoup appris depuis l’année précédente en observant la nature, reconnaît-il alors, « et le résultat est un tas de toiles salies que vous verrez à Paris. […] j’ai fait du très sombre et du très clair – dans le clair je suis même arrivé à faire des teintes à bonbons – maintenant je fais sombre – des fragments d’autel dans la cathédrale très étonnants, des paysages tristes, terreux, poussiéreux, d’autres tout dorés – en somme rien que des études puis-je faire autre chose pour le moment ? Peut-être tenterai –je un grand paysage à Banyuls. »38. Sur une autre lettre, il dessine six croquis39 (Fig. 6)

Lettre de Maillol, AMB, AB/B.3.05.04
Figure 6 : Lettre de Maillol, AMB, AB/B.3.05.04

   Aucun ne correspond aux deux études d’autels sculptés et peints qu’il mentionne dans la même lettre, même si l’on peut reconnaître dans l’un l’abside de la basilique de Santa Maria de Cervera avec le dais de style roman qui surmonte l’autel40. Tandis qu’il peignait dans la basilique, des réparations étaient effectuées à l’orgue. « J’étais seul, en bas, dans un coin, regardant des effets lugubres d’ombre, de lumière et d’or, des bras de statue levés vers le plafond. Les sons de l’orgue sortaient comme des plaintes qui donnent froid dans le dos. On faisait passer chaque note par tous ses degrés. On aurait dit réellement [ ?] dans cette église sombre d’or des gémissements de damné. On rêvait malgré soi. On se sentait hors du réel, dans cette église moite et pleine de poussière on aurait dit les derniers étouffements de son agonie. » Et il poursuit : « A Paris, seul dans mon atelier, fumant la pipe, je songerai à tout cela. Le rêve est nature, qui le nie, nos meilleures choses sont nos rêveries. »41

   L’année suivante, chez son beau-frère Despi (ou D’Espie) à Leucate, village situé au bord de la mer non loin de Narbonne, « pays […] admirable [mais] il n’y a pas moyen de faire poser une âme », il se concentre sur l’étude de la lumière et de la couleur42 . Il achète des cruches vernies rouges et vertes ; il fait « des études de soleil » : « J’ai refait deux fois le toit [ ?] et encore d’autres toits, toutes les couleurs de toits du pays : le toit jaune le toit rose le toit jaune le toit blanc. J’ai fait des chemins ensoleillés où hélas on ne sent pas assez le soleil ». Pour se « reposer du soleil » il fait « des baraques où l’on compte toutes les pierres sur le bord de la mer » et pour mieux se faire comprendre il esquisse en marge Maison en Roussillon (Paris, musée d’Orsay) (Fig. 7 et 8) qui pourrait être le Paysage exposé au Salon de 1888 (n° 1707). Quelques autres toiles, dont le Paysage méditerranéen acquis par les musées de Strasbourg en 1931, pourraient appartenir à la même série43 . Ces toiles, il les expose à Perpignan et, comme la vue d’une abside que « voulut » un architecte de Perpignan qui « naturellement » ne la paya pas44, la plupart ne sont pas localisées.

Lettre de Maillol - Détail, AMB, AB/B.3.05.09
Figure 7 : Lettre de Maillol, AMB, AB/B.3.05.09. Croquis de “Maison en Roussillon”
Maillol, Maison en Roussillon
Figure 8 : Maillol, “Maison en Roussillon”, huile sur toile. Musée d’Orsay, Inv. RF 1977-240

   Il « amasse du savoir » dans l’idée de faire l’année suivante un grand tableau auquel il consacrera ses vacances, explique-t-il à son « cher Mérovingien »45 . Tandis qu’avec La Première Victoire d’Hannibal (1885), L’Amour agonise (1886), Adam (1889), Bourdelle s’impose comme sculpteur, –« Allons, mon vieux Bourdelle, travaille dur fais-nous de la belle sculpture à nous épater au retour »46 , l’encourage-t-il- Maillol cherche lui-aussi à s’affirmer, mais il a plus de mal en raison de ses problèmes financiers.
    Le « grand tableau » en question en 1887, c’est sans doute La Couronne de fleurs (Japon, Fondation Yoshinobu Noma)47) qui met en scène deux fillettes aux gestes figés renvoyant manifestement au grandes toiles de Seurat, dans une prairie réduite à deux bandes colorées –ombre et lumière-, le seul élément identifiable étant la branche de figuier qui se découpe dans la partie supérieure. N’y retrouve-t-on pas le souvenir des trois « petites filles […] avec de grandes tartines de confiture » qu’il avait pris plaisir à dessiner, de préférence au paysage que leur mère les avait chargées de lui montrer ?48

   C’est le moment où il adopte une nouvelle direction, plus synthétique, avec des formes simplifiées et des couleurs en aplats, qui allait le conduire vers la tapisserie. « Quand à la peinture, reconnaît-il au début de l’année 1893, j’ai changé totalement d’idée – lorsque vous m’avez demandé ce que quelle était ma voie j’étais bien indécis j’étais simplement réaliste sans idées – j’ai délaissé le petit paysage de soleill [sic] – pour la grande décoration à la Puvis de Chavannes »49 . Mais, même s’il délaisse « le petit paysage de soleil », les heures passées sur les plages du Roussillon laissent des traces : la Femme à l’ombrelle du musée d’Orsay n’offre-t-elle pas l’écho direct de l’impression ressentie tandis qu’il peignait à Leucate ? « C’est à la mer qu’il faut venir pour voir la couleur les toilettes claires des femmes et des enfants éclatent et éblouissent » .50

   Peu après, Maillol délaisse la peinture sans toutefois l’abandonner complètement. Après 1890, il se tourne vers l’art décoratif, tapisserie et céramique et il découvre la sculpture : parmi ses premières réalisations dans ce domaine, le berceau de son fils Lucien (né le 30 octobre 1896), monté par le père de Bourdelle, est le témoignage de l’amitié qui unissait les deux artistes. Mais la sculpture allait bientôt les séparer tandis que George-Daniel de Monfreid prenait la première place dans le cercle des amis de Maillol.

Antoinette Le Normand-Romain, directrice générale honoraire de l’Institut National d’histoire de l’art, conservateur général honoraire du patrimoine.
Commissaire de l’exposition Aristide Mailllol (1861-1944). La quête de l’harmonie au Musée d’Orsay

  1. « Mirbeau crie qu’il n’y a au monde qu’un sculpteur Maillol le tapissier ! Il a failli l’imposer pour le Zola. Non, mais on ne s’embête pas à Paris. », LAS Bourdelle à Marie Bermond, [28 février 1903], Archives musée Bourdelle, AB/B.3.01.034. Cité par Kramer, 2000, p. 93, note 22. []
  2. Je remercie vivement Betty Mons avec qui j’avais commencé ces recherches, et Claire Boisserolles au musée Bourdelle, Nathalie Houzé à la Fondation Dina Vierny-musée Maillol et Nicole Tamburini, la spécialiste d’Achille Laugé, de l’aide qu’elles m’ont apportée sans compter. []
  3. En particulier pour se nourrir, cf. Judith Cladel, Maillol, 1937, p 27-28. Il semble que Maillol ait profité alors de l’accueil de la famille de Laugé, comme il le fera plus tard du ménage Monfreid. Dans un manuscrit non daté, « Aristide Maillol », (AMB, Manuscrit de Bourdelle, AB/B.3.05.01), Bourdelle précise toutefois : « Entrée en relations, hôtel de Paris – 6e étage, Soliva –» []
  4. François Thiébault-Sisson, « Nos artistes racontés par eux-mêmes. Le statuaire Bourdelle », Le Temps, 4 août 1905. []
  5. Maillol ? : Saint Jean-Baptiste, crayon noir sur papier vergé, 62,4 x 48,2 cm. Musée Bourdelle, inv. SN0012 []
  6. AMB, LAS Maillol-AB, AB/B.3.05.03 à « Cher ami », [Cervera, juillet 1886] ; AMB, LAS Maillol-AB, AB/B.3.05.04, Cervera, 25 juillet 1886 dont il manque le début mais sur le même papier à en tête que la précédente, à laquelle elle pourrait faire suite ; AMB, LAS Maillol, AB/B.3.05.05 à « Cher tas de pignoufs », Banyuls sur mer, non datée ; AMB, LAS Maillol-AB, AB/B.3.05.06, dont il manque le début et la fin ; LAS Maillol-AB, AB/B.3.05.07, à « Mon cher garçon », Banyuls sur Mer, octobre 1886, faisant suite à la précédente ; LAS Maillol-AB, AB/B.3.05.09, à « Cher Mérovingien », Leucate, 1887. La septième lettre (AMB, LAS Maillol-AB, AB/B.3.05.08) est plus tardive (1906). []
  7. AMB, AB/B.3.05.05 []
  8. AMB, AB/B.3.05.05 []
  9. AMB, AB/B.3.05.05 []
  10. AMB, AB/B.3.05.04 []
  11. Atteint de rhumatisme polyarticulaire, Maillol fut hospitalisé à plusieurs reprises à partir de 1889. La mère de Monfreid lui vint alors en aide, cf. Henry de Monfreid, « Une visite à Maillol », Courrier des Messageries Maritimes, novembre-décembre 1974. « Il habitait une vieille maison rue de [Sèvres]. Il avait loué pour peu de choses un grenier assez bien éclairé par deux tabatières et l’appelait son « atelier ». Sans plafond, immédiatement sous le zinc du toit, il y gelait en hiver [suit une longue description]. » []
  12. AMB, AB/B.3.05.01 []
  13. Comte Harry Kessler, Journal. Regards sur l’art et les artistes contemporains (1889-1937), 2 avril 1925. Paris, édition Maisons des sciences de l’homme, 2017t. II, p. 266. []
  14. Élève de J.P. Laurens, puis de Cabanel, Aurelio (plus connu sous le nom de Louis) expose au Salon à partir de 1884 d’abord comme graveur puis comme sculpteur. Il est mentionné par Bourdelle lorsqu’il décrit le premier atelier de Maillol, rue de Sèvres, cf. AMB, AB/B.3.05.01. []
  15. Henri-Sébastien Marre (1858-1927), peintre, né à Montauban, élève de Cabanel, expose à partir de 1880, habite comme Bourdelle et Laugé, 24 rue Bonaparte en 1884. []
  16. Louis Ruet (1861-1951), graveur, expose à partir de 1882. Il a notamment reproduit à l’eau-forte des peintures de Meissonnier. []
  17. Paul-Edouard Crebassa (1864-1912), peintre et graveur, né à Graissessac dans l’Hérault, élève de J. P. Laurens, expose à partir de 1890. []
  18. Gabriel Cahuc, peintre, expose au Salon en 1886, 1888 et 1889 où il est inscrit comme élève de Jean-Paul Laurens, et à Toulouse de 1885 à 1906. []
  19. Sans doute Victor Icart, peintre né à Toulouse le 2/11/1864. []
  20. Énumérés par Bourdelle sur la gouache intitulées « Les amis de ce temps », Paris, musée Bourdelle, MBD1676 []
  21. Mentionné dans la lettre de 1887 (AMB, AB/B.3.05.09) Léon-Eugène-Jean Brousse, né à Perpignan, élève de Cabanel comme Maillol et bénéficiant lui-aussi d’une subvention du Conseil général des Pyrénées Orientales, expose à partir de 1882. []
  22. Jean-André Marty, né à Paris, élève de Cabanel, qui expose en 1884, est mentionné avec Brousse dans la lettre de 1887. []
  23. AMB, AB/B.3.05.01 []
  24. Il s’agit en réalité de la subvention que lui versait le département des Pyrénées orientales, 400 francs de 1886 à 1888. Il s’installa rue de Sèvres à une date indéterminée (avant 1888) et y resta jusqu’à l’été 1892. Il loua alors un atelier rue St Jacques qu’il conserva jusqu’en 1899. []
  25. Bourdelle, « Aristide Maillol », manuscrit, AMB, AB/B.3.05.01 []
  26. Photographie, Paris, musée Bourdelle, MBPV1906. L’annotation permet d’identifier Artigue, Cahuc et Marty. Le nom de Maillol, d’abord inscrit, a ensuite été rayé. Pourtant c’est bien lui qui tient le bâton du chef d’orchestre car il porte le même veston à petits carreaux que sur d’autres photographies. Un autre tirage est conservé à la Fondation Dina Vierny-Musée Maillol avec l’inscription « La leçon d’anatomie » []
  27. Photographie, Paris, musée Bourdelle, MBPV1907 []
  28. AMB, Man. de Ruet, AB/B.1.28.C3.02 []
  29. Recueil, AMB, MB-1571R. La chanson se chante très bien sur l’air de Marlborough s’en va t’en guerre []
  30. Marie, deuxième enfant Maillol, avait épousé Despí, agent ferroviaire de la Compagnie du midi, qui finit par devenir chef de gare de Leucate et crut très vite dans le talent de son jeune beau-frère pour lequel il se montra un soutien actif. []
  31. Edouard Vilarem, Les débuts d’Aristide Maillol. Sa montée à Paris. Son mariage. Tapuscrit, c. 1937, Paris, Fondation Dina Vierny-musée Maillol, p. 16. []
  32. Le frère ainé d’Aristide, appelé Raphaël comme son père et son grand-père, marchand de vins, avait épousé Carme Tarragó, originaire de Cervera de Lleida, douée d’un joli talent de chanteuse. De ce mariage naquit Gaspard Maillol, qui fut un précieux auxiliaire de son oncle Aristide pour la fabrication du célèbre papier de Montval. []
  33. AMB, AB/B.3.05.04 []
  34. AMB, AB/B.3.05.07 « Je vais continuer le récit du voyage dans le soleill ». []
  35. AMB, AB/B.3.05.05 []
  36. AMB, AB/B.3.05.07 []
  37. AMB, AB/B.3.05.06 []
  38. AMB, AB/B.3.05.03 []
  39. AMB, AB/B.3.05.04. Le dernier est barré. Aucune de ces études n’est localisée. []
  40. Est-ce « une des premières choses que j’avais faites : une abside d’église, dans des gris, avec un ciel gris plombé. Une chose assez curieuse, assez réussie » qu’il évoque pour Henri Frère, (Conversations de Maillol, éditions Pierre Cailler, Genève, 1956, p. 208. []
  41. AMB, AB/B.3.05.04 []
  42. AMB, AB/B.3.05.04 []
  43. Cf. Bertrand Lorquin, Maillol peintre, Réunion des musées nationaux, 2001, n° 4, 7, 13. []
  44. Frère 1956, p. 208. []
  45. Maillol au Préfet, lettre datée de Leucate, 20 juillet 1887, demandant que sa subvention soit augmentée : « La somme votée étant si minime, je ne puis peindre un grand tableau qui donnerait une mesure de mes progrès. Car il est assez difficile d’en juger par des études comme celles que j’expose à Perpignan », Perpignan, Arch. dép. 4T22, f. 58-59. []
  46. AMB, AB/B.3.05.09 []
  47. Il propose au préfet des Pyrénées-orientales de lui en faire don le 18 juillet 1889 (Arch. départementales, Perpignan, 4 T 22, folios 85 à 87 []
  48. AMB, AB/B.3.05.09 []
  49. Maillol à Guillemot, avant le 10 mai 1893 (ouverture du Salon), Paris FDV-MM. []
  50. AMB, AB/B.3.05.09 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.