L’atelier ardent (1929-1949 : une archéologie de la muséalisation militante du musée-atelier Antoine Bourdelle.

« Au creux des ateliers, on dirait que le maître va bientôt revenir, tant il semble que tout l’attend » 1 .

En quête d’un sujet conciliant exploration des archives, analyse centrée sur l’histoire de l’art et lecture muséographique, l’équipe scientifique du musée Bourdelle m’orienta rapidement vers la période de latence entre la mort du sculpteur en 1929 et l’ouverture effective de l’institution en 1949. Si justement baptisées par Claude Somek « la traversée du désert » 2, ces vingt années avaient été peu explorées, délaissées pour l’étude de l’œuvre de l’artiste ou pour l’histoire du musée déjà constitué. Une profusion de sources s’offrait alors afin de démêler les protagonistes et les enjeux multiples de cette ère qui, contrairement à l’immobilité apparente, se révéla féconde et essentielle dans la définition de l’établissement à naître.

Dossier toilé 17. Couverture du cahier B - Musée
Antoine Bourdelle (1861-1929). “Fonds Antoine Bourdelle. Dossier toilé 17. Couverture du cahier B – Musée”. Plume, encre et aquarelle. 1929. Paris, musée Bourdelle.

Le dernier développement interroge le travail de recomposition de l’atelier central en une utopie authentique 3 . S’y entremêlent les représentations fantasmées du génie de l’artiste et du foyer de la création. Cet espace, imprégné de mystères et de projections, met en question et révèle les problématiques et les contradictions en jeu dans la transformation en musée.

Le premier mouvement de cette recherche souligne les jalons majeurs de ces deux décennies. Aux apparitions du projet muséal au cœur des écrits du sculpteur font suite, à sa mort, les négociations tenaces et inlassables de sa veuve : Cléopâtre Sevastos-Bourdelle. À force de visites, de campagnes de presse et de persuasions militantes, le projet connaît une première ébauche en 1938, brusquement interrompue par la guerre. La période de l’immédiat après-guerre couronne de succès les efforts constants des proches du sculpteur, s’accomplissant en 1949 par l’ouverture du musée sous tutelle de la ville de Paris 3.

Coupure de presse « La création du Musée Bourdelle »
« La création du Musée Bourdelle », Paris-Soir, 12 août 1932, p. 8.

La seconde partie du mémoire se focalise sur la Visite aux Ateliers Antoine Bourdelle de 1938, livret de visite assorti d’un album de photographies 4. Les salles successives du proto-musée se prêtent ainsi à une analyse visuelle approfondie, déclinée à diverses échelles. L’étude générale du parcours et de l’implantation des salles se complète d’une observation plus fine de la sélection et de la présentation des œuvres au cœur du microcosme des espaces successifs.

Photographie. Antoine Bourdelle posant au milieu de ses oeuvres dans l'atelier
Bourdelle posant dans l’atelier, d’après un négatif sur plaque de verre à développement au gélatino-bromure, Paris, musée Bourdelle, n° inv. MBPV3939

Ainsi un panorama des lieux peut-il être brossé, mêlant approches chronologiques et spatiales tout en croisant des sources plurielles : photographies, imprimés et publications émanant de l’institution en germe, comptes rendus et illustrations dans la presse. Cet objet d’étude polymorphe nous introduit donc aux enjeux d’une muséalisation à l’œuvre 4 dont il est possible de disséquer les subtiles mutations sur une temporalité élargie. Ce processus rejoue perpétuellement l’équilibre précaire entre fossilisation immobile et métamorphoses dynamiques 5 . Ces oppositions sont réunies de manière saisissante au cœur de l’atelier qui s’apparente à un « lieu de mémoire » 6, entremêlant enjeux de commémoration et de patrimonialisation d’un espace vécu. 

Photographie. Vue de la salle du Centaure, musée Bourdelle
Anonyme, Vue de la salle du Centaure, seconde prise de vue, 1938, Album « Musée », Paris, musée Bourdelle, n° inv. MB Ph 4590

Plus concrètement, les modalités de sélection et de présentation des œuvres données en 1949 et la construction du discours soulignent les spécificités irréductibles de l’atelier de sculpture, fondant l’identité de cette institution en pleine édification.

Cette présentation synthétise un mémoire de deuxième année de master en Études muséales (Université de Neuchâtel) sous la direction de Pascal Griener.

Photographie. Veillée funèbre d'Antoine Bourdelle dans l'atelier
Veillée funèbre d’Antoine Bourdelle (1861-1929) dans l’atelier. Photographie anonyme. 1929. Photographie anonyme. Paris, musée Bourdelle.

Notes :
1 – DEROYER Michelle, « L’état acceptera-t-il les œuvres de Bourdelle ? », L’Intransigeant, 10 septembre 1932.
2 – SOMEK Claude, Histoire du musée Bourdelle, mémoire recherche de M1 sous la direction de Claude Massu, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2010.
3 – HOMO-LAUREAT Floriane, Les ateliers-musées de sculpteurs, mémoire recherche de M2 Histoire et politique des musées et du patrimoine sous la direction de Dominique Poulot, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2011.
4 – DESVALLEES André et MAIRESSE François (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris : Armand Colin, 2011, p. 251. Les auteurs définissent la muséalisation comme l’« opération qui consiste à extraire, physiquement ou conceptuellement, une chose de son milieu naturel ou culturel d’origine et à lui donner un statut muséal, à la transformer en musealium ou muséalie, objet de musée, soit à la faire entrer dans le champ du muséal ». 
5 – FONT-REAULX Dominique de, « De l’atelier au musée, le musée-atelier, les ambiguïtés d’un genre muséal singulier », Romantisme, 2016/3, n° 173, p. 46. L’auteure synthétise les contradictions en présence au cœur de l’atelier-musée : « lieu de vie / lieu de mémoire, intime / public, caché / ouvert, accumulation / choix, fouillis / ordonnancement, acte créateur / œuvre aboutie, émotion / édification ».
6 – NORA Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris : Gallimard, 1997, vol. 1, p. VII : « Ces lieux, il fallait les entendre à tous les sens du mot, du plus matériel et concret, comme les monuments aux morts ou les archives nationales, au plus abstrait et intellectuellement construit […] ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.